Avocats Paris, Toulouse - cLé métis réseau d'avocats - Christophe Leguevaques, Romain Sintès
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Covid19 : Le n° 4 de la Gazette est sorti !




EDITORIAL

Prendre le temps...


          Prendre le temps de réfléchir et de ne pas se laisser distraire par le fil de l’actualité ou des déclarations agaçantes des uns ou des autres. Prendre le temps de mettre les faits, objectifs, vérifiables en perspectives. Prendre le temps de lever la tête du guidon et de regarder le paysage et les nuages qui s’amoncellent à l’horizon. Prendre le temps de vérifier, comparer, analyser, bref prendre le temps de comprendre et de réfléchir.

 

C’est le travail que nous nous efforçons de réaliser avec l’équipe qui a préparé la première assignation « article 145 » (ou référé probatoire) qui devrait être délivrée courant novembre 2020 pour l’ARS Ile de France. D’autres suivront pour d’autres ARS comme annoncé dans une précédente newsletter.

 

En prenant de revoir au ralenti les épisodes trépidants de la saison 1 (1er décembre 2019 – 30 juin 2020), nous avons pu mettre en évidence des contradictions flagrantes, des arrangements avec la réalité et des vrais mensonges.

 

A partir de là, nous avons posé des questions simples et chercher à demander la communication des preuves qui existent mais qu'ils ont oubliées ou refusées de nous fournir.

 

Prenons deux exemples parmi les nombreux sujets traités.

 

L’avez-vous déjà oublié mais le gouvernement a détruit … 300 millions de masques en mars 2020. A cette époque, nous manquions cruellement de masques pour les professionnels de santé, les "premiers de corvée", les fameux « invisibles » et les personnes vulnérables, notamment les résidents dans les EHPAD. Allez comprendre leur logique mais ils ont décidé de brûler 300 millions de masques soit l’équivalent de 5 semaines de protection pour les personnes les plus exposées. Edouard Philippe s’était justifié en exhibant un rapport démontrant que les masques détruits étaient … périmés. Mais, à notre connaissance, personne n’a pu lire et étudier ce rapport puisqu’il n’a jamais été rendu public. Dans notre procédure, nous en demandons la communication in extenso sans caviardage.

 

Deuxième exemple : le tri des malades. Depuis les déclarations accablantes des syndicalistes devant la mission d’information de l’Assemblée nationale, il était connu qu’il avait été décidé d’interdire l’accès aux hôpitaux aux « vieux » qu’ils vivent dans les EHPAD ou chez eux. Ainsi, le « 15 » refoulait au prétexte qu’il fallait garder des lits de réanimation pour les plus jeunes en ajoutant, cyniquement, ironiquement, ignominieusement, « et puis ils sont pris en charge dans les EHPAD », sans savoir que le suivi médical est défaillant en temps ordinaires, alors pensez en temps de crise… Eh, bien des associations nous ont alertés. Il n’y avait pas que les vieux qui étaient discriminés. Il faut ajouter les personnes en situation de handicap qui ont été maltraitées.

 

Je pourrais continuer en abordant d’autres sujets comme l’usage du RIVOTRIL et les conditions douteuses dans lesquelles le Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) a rendu un avis défavorable contre l’hydroxychloroquine malgré (à cause) de l’enfumage du LANCET.

 

Pour conclure, vous devez retenir un point important : si nous avons pu mobiliser le temps, l’énergie et le talent de plusieurs avocats et juristes pour rédiger cette assignation (qui dépasse les 150 pages), c’est bien parce que vous nous avez fait confiance depuis le début.

            En nous donnant les moyens de travailler en toute indépendance et toute autonomie, sans prise de contrôle possible par une association ou un mandarin, vous nous permettez de réaliser notre promesse : n’oublions rien !

 

Car si vous avez le droit d’être soigné, vous avez également le droit de savoir et de comprendre ce qui s’est passé, pour venir, le moment venu, demander des comptes à ceux qui se présentent comme des décideurs.

 

Tôt ou tard, nous pourrons leur présenter l’addition de leurs mensonges, de leur imprévoyance et de leur inconséquence.

 

Christophe Lèguevaques

Avocat au barreau de Paris

Docteur en droit





Témoignages | Réseau | Particuliers & Associations | Entreprises | Collectivités | Honoraires | Presse | Actualités | Ethiques | Vidéos | Mentions légales | Principales références | Action collective / mySMARTcab