contact christophe leguevaques contact leguevaques
Avocats Paris, Toulouse - cLé réseau d'avocats - Christophe Leguevaques, Romain Sintès
Page

L’ANNÉE LOMBARDE ET LES BANQUES Entre faute lucrative et risque systémique diffus


Réponse à l’article « Rejet de l’année lombarde : une dérive inquiétante », de Monsieur le Président BIARDEAUD.
Avec l'aimable autorisation des "Petites affiches", nous publions l'intégralité de notre article paru le 4 octobre 2017.
Nous attirons votre attention sur la conclusion.



Pour conclure, les banques doivent accepter de rentrer dans le rang et de respecter la loi ou de subir les conséquences pécuniaires de leurs comportements.
 
Les outils informatiques et juridiques modernes permettent de mettre fin à l’isolement des clients face à des puissances habituées des tribunaux. L’action collective (sous la forme d’une action conjointe ou d’une action de groupe) peut devenir une source de régulation des relations économiques entre un partenaire hégémonique et une multitude d’acteurs économiques isolés et sans lien entre eux.

Une ère nouvelle commence.

Si les consommateurs pouvaient être qualifies de ≪ particules élémentaires ≫ isolées et dépourvues de pouvoir, les outils modernes autorisent de les associer dans de vastes accélérateurs de particules virtuels.

Les banques qui ont été les premières cibles devraient en prendre conscience, de même que les autres acteurs industriels ou les institutions publiques : les consommateurs éparpillés et endormis pourraient bien se rassembler et se réveiller en citoyens avertis.
 
Pour télécharger, l'intégralité de l'article :

annee_lombarde_leguevaques_mysmartcab_petites_affiches_4_octobre_2017_lpa_2017_10_04_198.pdf Année_lombarde_leguevaques_mysmartcab_Petites_Affiches_4_octobre_2017_LPA-2017-10-04-198.pdf  (1.23 Mo)






Suivez-nous
LinkedIn
Viadeo
Google+
Slideshare
Twitter
Facebook
Rss
Skype