Avocats Paris, Toulouse - cLé réseau d'avocats - Christophe Leguevaques, Romain Sintès
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable

Plaidoirie dans le dossier AZF devant la Cour d'appel de Toulouse (29 février 2012)






Monsieur le Président,
Madame, Monsieur les Conseillers,
 
« Le pont splendide venait d’être achevé. Les Ingénieurs en étaient fiers : la courbe gracieuse, la légèreté de l’en-câblage, le soin des couleurs, tout conspirait pour que ce pont fût une référence prestigieuse. Mais un matin, un balayeur entreprit son travail. C'était un homme consciencieux qui ne voulait jamais laisser traîner quelque immondice. Il frottait avec conviction en prenant soin de lustrer les énormes boulons. Il balaya si fort qu'il dévissa un écrou et qu'un câble déstabilisé fit basculer le pont. Le Balayeur fut emporté dans le frémissement du bitume et s'écrasa quelques dizaines de mètres plus bas. L'accident fit grand bruit. Un procès s'ensuivit. Les Ingénieurs chargèrent le malheureux Balayeur. On déplora son quotient intellectuel limité, ses études avortées, son zèle névrotique. Le Président du Tribunal évoqua quelques articles de presse et entretiens télévisés dans lesquels les Ingénieurs revendiquaient avec orgueil et fierté la paternité de l'ouvrage. “ Une telle prouesse technique serait-elle à la merci d'un pauvre balayeur? ” On lui rétorqua qu'un tel ouvrage n'était garanti ni contre les groupes terroristes, ni contre les vandales de tout poil : il était destiné à supporter des charges pondérales et non des charges explosives. « Mais qu'est-ce donc qu'un balai? On en trouve peu dans les arsenaux! » reprit le juge excédé. « Pourquoi ne voulez-vous pas être responsables du pire quand vous revendiquez le meilleur ? » Ils dirent n'être pas comptables du service d'entretien. « Qu'estce qu'un pont solide s'il cède à un balai ? » « Mais, Monsieur le Juge, il n'a pas cédé à un balai, mais à un balayeur! Et qui sait si ce balayeur, Monsieur Mohamed BOUSIKRA, n'était pas lié à un de ces groupuscules terroristes qui tentent de déstabiliser notre pays ? Et nous regrettons que sa disparition vous empêche de l'interroger! » On trouva au suspect de lointains parents fichés par la police. Au bénéfice du doute, on acquitta les brillants Ingénieurs. Au bénéfice du doute, on soupçonna le consciencieux Balayeur. Sa famille dut quitter la région, sans le père, précipité dans tous les abîmes. »

 
Ce petit conte philosophique a été rédigé en 1996 par M. Alain ETCHEGOYEN. Il illustre avec une certaine ironie la morgue des ingénieurs qui ne sont responsables que du meilleur, jamais du pire et qui n’hésitent pas à invoquer à leur profit exclusif le bénéfice du doute en salissant la mémoire de tous les Hassan JANDOUBI, parce qu’ils ont le malheur de s’appeler Hassan.
 
Les Ingénieurs, qui ont construit ce pont, sont aussi d’habiles Juristes. Ils ont fait leur le conseil du Président Harry TRUMAN : « Si vous ne pouvez pas les convaincre, semez le doute dans leur esprit ».
 
Alors nos Ingénieurs ont mis leur compétence et leur énergie pour construire un labyrinthe, un labyrinthe pour abriter leurs secrets.
 
Dans le dossier AZF, la Défense, aussi, a construit de toute pièce un labyrinthe à partir de chausse-trapes, d’analyses hypercritiques des faits, de mises en abyme et d’attaque virulente contre tous ceux qui ne veulent pas la croire.
 
Le labyrinthe de la défense abrite un terrible monstre.
 
Toute ma plaidoirie va consister à trouver notre chemin dans ce labyrinthe.
 
Pour cela, nous partirons de la fin, de la certitude absolue qui s’impose à tous, même aux négateurs professionnels, le vendredi 21 septembre 2001 vers 10h13, il y a une explosion sur le site AZF à Toulouse.
 
Nous connaissons l’issue fatale du labyrinthe, il faut à présent remonter le temps, pas à pas, pour déterminer l’enchainement implacable des faits.

Pour télécharger l'intégralité :
 

plaidoirie_me_leguevaques___affaire_azf_29022012.pdf Plaidoirie Me LEGUEVAQUES - Affaire AZF 29022012.pdf  (324.25 Ko)





Lextenso | Livres | Notes & études | Jurisprudence | Plaidoirie | Tribunes libres